L’UNESCO et les volcans du Kamtchatka

L’UNESCO et les volcans du Kamtchatka

Géographie

Les volcans du Kamtchatka figurent sur la « Liste du patrimoine mondial » de l’UNESCO (United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization*) :

« cette liste comporte 911 biens constituant le patrimoine culturel et naturel que le Comité du patrimoine mondial considère comme ayant une valeur universelle exceptionnelle ».

Les biens sont répartis en biens culturels, naturels et mixtes.

Les  volcans de la péninsule font partis des 180 biens  naturels inscrits à ce jour.

* traduction française : Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture.

Justification d’inscription (texte extrait du site de l’UNESCO)

  • Le Comité a inscrit les volcans du Kamtchatka sur la base des critères naturels (VII), (VIII),  (IX)  considérant qu’il s’agit d’une des régions volcaniques les plus remarquables du monde. Le site contient une forte densité de volcans actifs et une grande variété de types de volcans ainsi qu’une grande diversité de caractéristiques volcaniques associées. La situation péninsulaire entre une grande masse continentale et l’océan Pacifique lui ont donné ses caractéristiques uniques avec des concentrations importantes de faune sauvage.
  • Critère (VIII) : L’ajout proposé du PNK*, en tant que sixième élément du site, renforce la couverture globale de toute la gamme des caractéristiques naturelles du Kamchatka. L’extension remplit clairement le critère (VIII) en tant qu’exemple exceptionnel de processus géologiques et de caractéristiques topographiques et renforce donc la justification de l’inscription de l’ensemble du site sur la base du critère (VIII).
  • Critère (IX) : Le site agrandi correspond, sur le plan biologique, à six îles et sa situation géographique entre une grande masse continentale et l’océan Pacifique lui donne ses particularités. Les processus naturels sont en cours avec une activité volcanique et une colonisation permanente. L’ajout proposé renforce la justification de l’inscription de l’ensemble du site sur la base du critère (IX).
  • Critère (VII) : phénomènes naturels éminemment remarquables ou de beauté exceptionnelle. Les Volcans du Kamchatka offrent un paysage à la beauté naturelle exceptionnelle, avec de grands volcans symétriques, des lacs, des rivières sauvages et un littoral spectaculaire. Le bien contient aussi des phénomènes naturels de très grande qualité avec des frayères à saumons et de grandes concentrations d’espèces sauvages (les colonies d’oiseaux de mer) le long du littoral de la mer de Béring. L’ajout proposé renforce de manière significative la justification de l’inscription du site dans son ensemble sur la base du critère (VII).
  • Critère (X) : Les Volcans du Kamchatka contiennent une gamme particulièrement diverse de flore paléarctique (y compris plusieurs espèces menacées au plan national et au moins 16 espèces endémiques), des espèces d’oiseaux dont l’aigle de Steller (50 pour cent de la population mondiale), le pygargue à queue blanche, le faucon gerfaut et le faucon pèlerin, attirés par les saumons qui viennent frayer dans la région. Les rivières qui se trouvent à l’intérieur et à proximité du site contiennent la plus grande diversité connue au monde de salmonidés. Les 11 espèces de saumons du Pacifique coexistent dans plusieurs rivières du Kamchatka.

* PNK : parc naturel du volcan Klioutchevskoï.

Définition des critères

L’UNESCO se base sur des critères pour procéder à l’inscription des biens naturels. Pour les « Volcans du Kamtchatka » elle a donc retenu les critères suivants :

  • critère (VII) : représenter des phénomènes naturels ou des aires d’une beauté naturelle et d’une importance esthétique exceptionnelle,
  • critère (VIII) : être des exemples éminemment représentatifs des grands stades de l’histoire de la terre, y compris le témoignage de la vie, de processus géologiques en cours dans le développement des formes terrestres ou d’éléments géomorphiques ou physiographiques ayant une grande signification,
  • critère (IX) : être des exemples éminemment représentatifs de processus écologiques et biologiques en cours dans l’évolution et le développement des écosystèmes et communautés de plantes et d’animaux terrestres, aquatiques, côtiers et marins,
  • critère (X) : contenir les habitats naturels les plus représentatifs et les plus importants pour la conservation in situ de la diversité biologique, y compris ceux où survivent des espèces menacées ayant une valeur universelle exceptionnelle du point de vue de la science ou de la conservation.

Les biens naturels classés

La justification d’inscription fait référence à six éléments classés, mais une étude plus approfondie permet de mettre en évidence un septième élément : la réserve fédérale du Sud Kamtchatka. Celle-ci se trouve être sous la tutelle de la réserve de biosphère nationale de Kronotski, également inscrite sur la liste. Les biens classés représentent un territoire de 3 830 200 ha, soit 8,10 % de la surface totale du Kamtchaka.

Six de ces biens ont fait l’objet d’un premier classement en 1996 :

  • le parc naturel de Bystrinski,
  • le parc naturel de la toundra du sud ouest
  • le parc naturel du sud Kamtchatka,
  • le parc naturel de Nalytchevo,
  • la réserve de biosphère nationale Kronotski,
  • la réserve fédérale du Sud Kamtchatka.

Cette année là, comme le souligne la justification d’inscription, il a été évoqué l’idée d’ajouter le parc naturel du volcan Klioutchevskoï (résumé par PNK). Ce fut chose faite en 2001.

Carte des biens inscrits au patrimoine de l’UNESCO


Légende

Parc naturel de Bystrinski

Parc naturel du volcan Klioutchevskoï
Réserve de biosphère nationale Kronotski Parc naturel de Nalytchevo
Parc Naturel du sud Kamtchatka Parc naturel de la toundra du sud-ouest
Réserve fédérale du Sud Kamtchatka

Le parc naturel de Bystrinski

Le parc naturel de Bystrinski fut créé en 1995 dans le district de Bystrinski et occupe une surface de 1 325 000 ha. C’est une région de hautes-montagnes offrant une grande diversité de paysages située sur la chaîne volcanique centrale. Il voit s’élever sur son territoire le plus haut volcan de la chaîne et le seul actif : l’Ichinsky (3 621 m). Le parc renferme la plus grande concentration de mouflons des neiges de la péninsule, un nombre important de marmottes et s’avère être un grand site d’hivernage des ours bruns du Kamtchatka, animaux emblématiques du Kamtchatka. D’un point vue végétation, il contient une grande zone de toundra*. De plus, le parc revêt une importance au niveau historique et culturel que cela soit d’un point de vue archéologique pour renfermer des vestiges des ethnies évènes et itelmènes.

* toundra : « zone de végétation nordique sans arbres composée uniquement d’arbustes, de mousses et de lichens ».

Le parc naturel du volcan Klioutchevskoï

Les volcans Bezymianny, Kamen et Klioutchevskoï

Les volcans Bezymianny, Kamen et Klioutchevskoï

Le parc naturel « Klioutchevskoï » occupe une surface de 376 000 ha sur lesquels s’élève le plus haut volcan d’Eurasie, le Klioutchevskoï (4 750 m), dont la dernière éruption remonte à fin septembre/début octobre 2010, et tous les volcans de son groupe. Ce parc est surnommé « la terre de feu et de glace » en raison également de la présence des plus grands glaciers du Kamtchatka, 47 au total, représentant un territoire de 26 900 ha. Il renferme  également sept sites classés. Le parc est entouré de vallées pittoresques et de lacs. Il contient beaucoup de rivières dont certaines sont à sec, phénomène typique des zones volcaniques. En revanche, il est bordé par la plus grande rivière du Kamtchatka : la rivière Kamtchatka.

La réserve de biosphère nationale Kronotski et la réserve du Sud Kamtchatka

La réserve de biosphère nationale de Kronotski

La vallée des geysers

Cette réserve vit le jour en 1934 en tant que réserve fédérale. Le 05 février 1985, elle prit le statut de « réserve de la biosphère ». Ces réserves  font partie d’un programme spécial créé par l’UNESCO « MAB » (Man and Biosphere) dans le but de « promouvoir une relation équilibrée entre l’homme et la biosphère ». La réserve de biosphère nationale de Kronotski est une institution fédérale vouée à la sauvegarde de la nature, aux études et recherches scientifiques, à l’éducation écologique. Elle vise la préservation de la faune et flore du Kamtchatka et de ses écosystèmes uniques en leurs genres. Les chiffres diffèrent au niveau de sa superficie : le site officiel de la réserve donne 1 147 619,37 ha, d’autres sources, telle l’UNESCO, indiquent 1 142 100 ha (frontières de la réserve*). De plus, une zone maritime (océan Pacifique), rajoutée en 1982,  de 135 000 ha, n’a semble t’il pas été retenue par l’UNESCO qui fixe finalement la superficie à 1 007 100 ha. La réserve  est située au centre de la chaîne volcanique est et héberge huit volcans actifs au rang desquels le Kronotski (3 528 m). « Kronotski » est également le nom du plus grand lac d’eau douce du Kamtchatka d’une superficie de 242 km² ainsi que celui de la plus importante rivière coulant dans la réserve. La flore est riche de 767 espèces de plantes vasculaires, quand à la faune c’est 104 types de poissons (d’eau douce et de mer), 49 d’oiseaux, 54 de mammifères dont beaucoup  endémiques. La réserve recèle une des merveilles du Kamtchatka : la Vallée des Geysers. Cette vallée, composée de plus d’une vingtaine de geysers, fut découverte en 1941 par la géologue russe Tatiana Oustinova et Anissifor Kroupiénine, homme d’exception travaillant pour la réserve, qui l’accompagnait.

* source :  site officiel de la réserve.

La réserve fédérale du Sud Kamtchatka

La réserve fédérale du Sud Kamtchatka, seule réserve de ce rang au Kamtchatka, dépend de la réserve de biosphère nationale de Kronotski. Elle existe depuis 1983 et occupe tout l’extrême sud du Kamtchatka. Là encore, les chiffres diffèrent entre ceux donnés par le site officiel de la réserve et ceux de l’UNESCO quand on évoque sa superficie : 332 000 ha pour le premier, 225 000 ha pour le second. Il pourrait s’agir une nouvelle fois de la non prise en compte de la  zone maritime (frontières de la réserve*). En revanche, tout le monde s’accorde à dire qu’elle englobe une autre des merveilles du Kamtchatka, le lac Kourile (d’une grande importance pour le frai des saumons et sa concentration en ours bruns) et se termine au cap Lopatka (omoplate), le plus au sud de la péninsule, où des tortues luths ont déjà été signalées dans ses eaux. La réserve est aussi un important lieu de convergence de routes migratoires de nombreux oiseaux, mais aussi le lieu d’habitat d’autres espèces dont le fameux pyrargue de Steller. Hormis la présence de l’ours brun, 44 espèces de mammifères fréquente la réserve : visons, hermines, lynx, marmottes, écureuils terrestres, pika du nord, lions de mers… 438 espèces de végétaux répartis en 212 genres et 109 familles font la richesse la flore de cette réserve.

* source :  site officiel de la réserve.

Le parc naturel de Nalytchevo

Les volcans Avachinsky et Koriaksky vus de la baie d'Avacha

Le parc naturel de Nalytchevo, situé sur la côte est de la péninsule,  s’entend sur un territoire de 287 200 ha incluant la vallée de la rivière Nalytchevo. Il englobe tous les volcans du groupe volcanique Avachinsky-Koriasky et ceux du Zhupanovski-Dzenzursky appartenant à la chaîne volcanique est. Le parc, grâce à sa végétation variée, offre un habitat à de nombreux oiseaux et animaux. Les saumons du Pacifique remontent ses rivières en période de frai et sont avidement guettés par les ours bruns.

Le parc naturel du Sud Kamtchatka

Le parc naturel du Sud Kamtchatka, créé en 1995, occupe un territoire de 486 900 ha.  Situé au sud-est du Kamtchatka, il offre un panorama complet de tout ce que peut offrir la péninsule  à ces visiteurs : des volcans (le Mutnovosky et son groupe, le massif volcanique du Khodutka, les volcans Vilyutchik et  Ksudach), de nombreuses sources chaudes, une  faune opulente (des ours bruns, des mouflons des montagnes, des rennes sauvages, des hermines, des phoques, 170 sortes d’oiseaux et une riche variété de poissons d’eau douce et de mer…) et une flore composée de 480 espèces recensées.

Le parc naturel de la toundra du sud-ouest

Le parc naturel de la toundra du sud-ouest a vu le jour en 1989 et fait partie du district d’Oust-Bolcheretsk, sud-ouest du Kamtchatka. C’est une zone humide et marécageuse de 123 000 ha forte de nombreux lacs cerné par les rivières Opala et Galygina. Le parc est un important lieu de nidification et de mues de deux sous-espèces d’oies des moissons qui font l’objet d’un contrôle de la part d’ornithologues. De nombreuses autres espèces d’oiseaux aquatiques et échassiers. Il est à noter que c’est le seul bien à ne pas avoir de volcan sur son terrain.

Les bien menacés

Rien n’est immuable et la lecture des différents rapports de commissions de l’UNESCO le souligne très clairement. Elle identifie principalement sept menaces :

  • pêche au saumon illégale,
  • exploitation de mines d’or,
  • construction d’un gazoduc,
  • création d’une centrale géothermique,
  • feux de forêt,
  • modifications des limites de parcs,
  • construction d’une route EssoPalana.

L’UNESCO et l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Natrure) font part de leurs inquiétudes et ont déjà envisagé en 2001 d’inscrire « les volcans du Kamtchatka » sur la « Liste du patrimoine mondiale en péril » :

L’UICN a noté les problèmes sérieux signalés dans les rapports sur le braconnage du saumon, l’exploitation de mines d’or, ainsi que la construction d’une centrale géothermique et d’un gazoduc dans la région. L’UICN a noté les difficultés socio-économiques de cette région et a souligné la nécessité d’associer la planification du site du patrimoine mondial à des possibilités de développement pour les populations locales et la planification régionale telles qu’elles figurent dans le rapport sur le projet Kamchatka. Un soutien additionnel de la part des donateurs serait nécessaire, ainsi que le développement de nouvelles initiatives. Le Secrétariat a informé le Bureau qu’un membre du personnel du Bureau de l’UNESCO de Moscou effectuera une mission en janvier 2001. Un certain nombre de membres du Bureau et d’observateurs se sont déclarés préoccupés par l’ampleur des problèmes rencontrés et ont demandé qu’ils soient portés à l’attention de l’Etat partie. Le Bureau a noté avec préoccupation les menaces signalées sur le site, sachant qu’il y a peut-être lieu de l’inscrire sur la Liste du patrimoine mondial en péril. Le Bureau a demandé à l’Etat partie de présenter un rapport sur l’état de conservation de ce site, en abordant les points soulevés par l’UICN et l’éventualité d’une inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril, à temps pour la vingt-cinquième session du Bureau.

Régulièment, l’UNESCO « prie instamment l’état partie » ou « demande à l’état partie » de mettre en oeuvre telles ou telles recommandations.

Conclusion

Une citation de l’écrivain russe Andreï Netchaïev, figurant dans un rapport de séance de l’UNESCO d’octobre 1996  chargé d’étudier le bien fondé de l’inscription des volcans du Kamtchatka sur la liste du patrimoine mondial, évoque à elle seule toute l’importance que revêt la sauvegarde du patrimoine du Kamtchatka et la nécessité d’une mobilisation internationale pour arriver à cette fin :

« La force de régénération et de résistance de la nature sauvage du Kamtchatka ne doit pas être mise à l’épreuve. Pour sa protection, elle a besoin de l’appui du public mondial, lequel comprend que traiter la nature avec respect est une préoccupation centrale de notre temps. Nul ne nous pardonnerait la perte de ce monde unique qu’est le Kamtchatka. »

Crédits photos

Nous remercions les auteurs des photos et propriétaires des droits qui nous ont permis d’illustrer cet article. Vous pouvez consulter leurs pages internet en cliquant sur les liens correspondant aux photos.

Les volcans Bezymianny, Kamen et Klioutchevskoï Korotnev Andreï Helen Flamme
Daniel Teicher

Et si nous partagions un instant ?

Cet article a été créé dans le but de vous offrir le maximum de renseignements sur le Kamtchatka et satisfaire ainsi votre curiosité. Nous avons mis tout notre coeur à sa rédaction, en espérant qu’il retienne tout votre intérêt et vous donne envie de fouler cette terre du bout du monde exeptionnelle. Faites nous part de vos impressions, de vos avis, de vos questions, nous serons heureux de vous lire et d’échanger avec vous. Consacrez-nous un peu de temps, cet espace vous appartient !