La flore du Kamtchatka

La flore du Kamtchatka

Faune et flore

La flore du Kamtchatka se distingue de celle des autres territoires de l’extrême-orient russe en raison de plusieurs facteurs :

  • sa situation géographique,
  • l’influence de son climat océanique humide,
  • son terrain essentiellement montagneux,
  • son activité volcanique et les facteurs associés,
  • l’histoire de ses paysages.

Sapins de Sakhaline

Les glaciations qui se sont achevées il y a environ 10 000 ans ont modifié à jamais le visage de la péninsule. Les grandes forêts de mélèzes (Larix cajanderi) et d’épicéas (Picea ajanensis) ont disparu. On retrouve ces conifères essentiellement dans la dépression centrale du Kamtchatka protégés d’est en ouest par de hautes montagnes. A leurs côtés, ont pris place des trembles (Populus tremula) ainsi que des bouleaux blancs (Betula verrucosa ou pendula).

A l’embouchure de la rivière Sémiachnik, sur la côte ouest, se trouve une petite forêt de conifères composée de sapins de Sakhaline (Abies sachalinensis).

Bouleaux d’Erman

L’essence la plus commune des forêts de montagnes ou de plaines est le bouleau d’Erman (Betula ermanii), autrement appelé « bouleau de pierre ».  En bord de la mer ainsi qu’en lisière de forêt alpine, il prend la forme d’arbres rabougris.

En zone de forêts inondables les espèces se font plus nombreuses et parmi elles on dénombre des aulnes (Alnus hirsuta), des peupliers (Populus suaveolens), plusieurs espèces de saules dont le Chosenia (Chosenia Arbutifolia).

Pins nains de Sibérie dans la caldeira d’Ouzon

La strate arbustive des forêts est, elle, formée de pins nains de Sibérie (Pinus pumila), d’aulnes verts (Alnus viridis), de deux espèces de chèvrefeuilles (le chèvrefeuille bleu du Kamtchatka, Lonicera caerulea var. kamtschatica, et le Lonicera chamissoi) et d’églantiers (Rosa amblyotis С. А. Меу.).

Dans les vallées fluviales, où les sols sont saturés d’eau, dominent deux espèces de saules : le Salix hastata L. et le Salix pulchra Cham. A leurs côtés pousse la spirée à feuilles de saule (Spiraea salicifolia).

En zone subalpine, sur les pentes des montagnes, on retrouve les pins nains de Sibérie et les aulnes verts qui forment des fourrés impraticables. Généralement, ils sont accompagnés par deux espèces de rhododendrons (le rhododendron aureum Georgi et le rhododendron camtschaticum Pall. ou du Kamtchatka), de spirées (Spiraea beauverdiana) et des saules artiques (Salix arctica).

Plus haut, se forme une zone de toundra de montagne dominée par des arbustes aplatis et rabougris, des prairies alpines, le tout entrecoupé par de vastes zones enneigées et d’éboulis où la végétation se raréfie.

Les groupements de végétaux du Kamtchatka se caractérisent souvent par des broussailles pouvant atteindre 3 m de haut. Ils poussent le long des vallées de rivières et ruisseaux, dans les espaces où l’eau n’est pas loin.

Habituellement ce sont des fourrés formés de filipendules du Kamtchatka (Filipendula kamtschatica), de berces (Heracleum lanatum Michx), de pleurospermes du Kamtchatka (Pleurospermum camtschaticum), de cerfeuil sauvage (Anthriscus silvestris L.), d’un représentant du genre des Senecio (Senecio cannabifolius Less.) et de circes (Cirsium kamtschaticum Ledeb).  Il n’est pas rare que ces variétés poussent dans les forêts de bouleaux de pierre, mais elles atteignent alors une hauteur moins importante.

Les prairies herbacées sont communes sur les terrasses fluviales, en lisières de forêts, dans les clairières, en périphérie des marais, sur les versants côtiers des zones forestières et  zones subalpines. Les prairies de roseaux des bois (Calamagrostis epigejos) prédominent dans les clairières en lisière des maquis d’aulnes verts en zones subalpines.  Dans les zones de toundra de montagne sont largement répandues les prairies d’herbes basses.

Les marais sont très fréquents, mais plus ordinaires dans les zones forestières. Ils se trouvent pour l’essentiel sur la basse contrée du Kamtchatka occidentale, dans les vallées des grandes rivières du Kamtchatka central et oriental.

Sur le littoral, en bordure de mer, le long des langues de sables, s’étendent des prairies de leymus (Leymus mollis), de camarines de Sibérie (Empetrum sibiricum) et d’herbes variées.

Forêt de mélèzes

Sur les volcans ainsi que sur les montagnes du Kamtchatka central, les sapinières se rencontrent à une hauteur de 300 m, voir plus, les forêts de mélèzes et de bouleaux blanc jusqu’à 500 m et les forêts d’Erman entre 300 et 800 m d’altitude.

Au-dessus, jusqu’à 1200 m d’altitude, les fourrés de pins nains de Sibérie et d’aulnes verts dominent. Ils sont remplacés ensuite par la toundra de montagne qui cède à son tour la place à une zone où la végétation se fait quasi désertique.

Les neiges éternelles des montagnes du Kamtchatka se rencontrent généralement au dessus 2400 m d’altitude. Dans les autres régions cette frontière s’abaisse ce qui entraîne la disparition des forêts de sapins, mélèzes et de bouleaux blancs. En fait, il est assez fréquent au Kamtchatka d’avoir des modifications des zones d’implantation de la flore.

Toundra en automne

Parfois en zone forestière, on trouve de vastes toundras composées d’une végétation frutescente.

Ailleurs, sur des terrasses montagneuses isolées du vent poussent des bouleaux d’Erman en zone subalpine. Au sud du Kamtchatka, en raison de l’influence croisée des masses aériennes de la mer d’Okhotsk et l’océan, le climat est plus humide et froid que du côté de Pétropavlovsk-Kamtchatski. La neige se rencontre plus bas qu’ailleurs et les plantes se développent donc plus tardivement. Toutes les couches végétatives s’en trouvent ainsi modifiées.

30 ans après l’éruption du volcan Plosky Tolbachik

L’influence du volcanisme sur la végétation se manifeste sous des formes différentes. Ainsi, à la suite de l’explosion du volcan Ksudach en 1907, au nord,  sur une surface de dizaines de kilomètres carrés,  la végétation a été complètement détruite. Aujourd’hui cette partie est  principalement occupée par des champs de scories. A d’autres endroits s’est développée une  toundra de lichens, les aulnes réapparaissent ainsi que les forêts de bouleaux d’Erman (seulement dans les vallées fluviales). Les principaux bouleversements  de la nature sont le résultat d’éruptions : grandes coulées de lave, coulées de boue, rivières asséchées, etc

Selon les dernières données, la flore du Kamtchatka se décompose en 90 familles, 300 genres et 1300 espèces. Les dernières glaciations ont conduit à l’extinction d’un certain nombre d’espèces hermophiles, mais elles ont également contribué à la pénétration massive, dans  la péninsule du Kamtchatka, d’espèces arctico-alpines et alpines. La flore moderne de Kamtchatka est formée à partir de plantes de diverses origines parmi lesquelles prédominent les espèces circumpolaires, extrême-orientales et asiatico-américaine. Le Kamtchatka comporte également un petit groupe d’espèces endémiques.

Représentant de la famille des Poaceae

Les représentants des familles les plus nombreuses sont les : Asteraceae, Poaceae et Cyperaceae. Moins riches les familles suivantes :Rosaceae, Ranunculaceae, Caryophyllaceae, Brassicaceae, Juncaceae, Salicaceae, Ericaceae, Saxifragaceae, Caryophyllaceae, Crucifères, Sitnikova. D’autres familles contiennent 20 espèces, mais beaucoup sont représentées par une ou deux espèces végétales.

Certaines plantes du Kamtchatka, en vue de leur relative rareté ou en raison de la destruction par l’homme sont inscrites au « Livre rouge du Kamtchatka » répertoriant les espèces protégées.

Un certain nombre d’espèces relativement rares et intéressantes ne poussent que sur la péninsule du Kamtchatka dans les zones thermiques près des sources d’eau chaude. Ici vous pouvez trouver des fougères (Ophioglossaceae) thermophiles et d’Alaska, des Bidens Kamtschatica, des Spiranthes sinensis, des Agrostis pauzhetica Probat., des Kyllinga kamtschatica . En règle générale, ces plantes sont généralement discrètes, c’est pour cette raison que les gens visitant les sources d’eau chaudes ne font pas attention à elles et les piétinent tout simplement.

D’autres espèces rares poussent dans les zones de hautes montagnes telles que deux variétés de pissenlits (Taraxacum stepanovae Worosch. et Taraxacum neokamtschaticum avec ses fleurs rose vif), l’Astragalus polaris, des pavots alpins (Papaver alpinum L.), deux espèces de Chrysosplenium ( Chrysosplenium wrightii Franch. & Savigny et Chrysosplenium rimosum), l’Arnica iljin, la Cardamine microphylla Adams, Festuca vivipara, Saxifraga vulcanica, etc.

Ecorce de bouleau d’Erman

Il faut noter que la flore endémique du Kamchatka n’est pas aussi abondante, que les plantes soient si rares ou particulièrement belles. L’originalité de la végétation de la péninsule se caractérise principalement par la présence de forêt de bouleau d’Erman ainsi que les fourrés d’aulnes verts.

En raison du relief montagneux, les manifestations du volcanisme et de la présence d’une glaciation récente, l’impact climatique volcanique sur les modifications de la couverture végétale acquièrent une envergure spéciale, augmentent la diversité et la mosaïque des groupements végétaux fortement enrichis par des espèces végétales nordiques et alpines.

Souce : www.ecosystem.ru

Crédits photos

Nous remercions les auteurs des photos et propriétaires des droits qui nous ont permis d’illustrer cet article. Vous pouvez consulter leurs pages internet en cliquant sur les liens correspondant aux photos.

Igor Chpiliénok Igor Chpiliénok
Igor Chpiliénok Igor Chpiliénok
Igor Chpiliénok Igor Chpiliénok
Igor Chpiliénok Korotnev Andreï
Igor Chpiliénok Igor Chpiliénok

 

Et si nous partagions un instant ?

Cet article a été créé dans le but de vous offrir le maximum de renseignements sur le Kamtchatka et satisfaire ainsi votre curiosité. Nous avons mis tout notre coeur à sa rédaction, en espérant qu’il retienne tout votre intérêt et vous donne envie de fouler cette terre du bout du monde exeptionnelle. Faites nous part de vos impressions, de vos avis, de vos questions, nous serons heureux de vous lire et d’échanger avec vous. Consacrez-nous un peu de temps, cet espace vous appartient !